Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Michel Bon

est né le 17 mai 1882 à Ouessant (Finistère (29))

C’est sur l’île d’Ouessant, terre la plus occidentale de la France métropolitaine, distante de vingt kilomètres de la côte ouest du Finistère, que Michel Bon naît le 18 mai 1882. Il est le fils de Jean Marie, marin, et de Jeannette Colin, cultivatrice.

En compagnie de son frère aîné, Jean Nicolas, il passe son enfance sur son île natale, au lieu-dit Kerivarch où la famille demeure.

En provenance des provisoires de l’inscription maritime, Michel navigue, entre janvier 1901 et octobre 1902, à bord de vapeurs au long cours et au cabotage en qualité de matelot. Les ports d’embarquement sont Bordeaux (33) et Saint-Brieuc (22).

Il est incorporé pour effectuer son service militaire dans la Marine nationale au "4e Dépôt" à Rochefort le 28 octobre 1902 puis affecté un mois plus tard sur le croiseur cuirassé "Kléber" qui, construit aux "Forges & Chantiers de la Gironde" à Bordeaux, est en phase d’armement pour essais. 

Le 28 octobre 1903, libéré de ses obligations militaires, il se retire sur son île.

Michel reprend ses embarquements dans la Marine marchande et, durant une dizaine d’années, bourlingue de Bordeaux à Dunkerque sur des bateaux naviguant au long cours, au cabotage et à la petite pêche où il occupe les fonctions de soutier, chauffeur ou matelot.

Le 17 février 1908, sur l’île, Michel épouse Marie Louise Malgorn qui lui donnera cinq enfants : Jean Marie, Louis (décédé en bas âge), Agnès, Louis et Michel.

L’Allemagne déclare la guerre à la France le 3 août 1914. L’ordre de mobilisation générale est donné et Michel rejoint le lendemain le "Front de mer" à Lorient. Après des séjours au "3e Dépôt" à Lorient et au "5e Dépôt" à Toulon, il est muté en avril 1916 sur le cuirassé "Justice" dans le grand port de la Méditerranée puis, un mois plus tard, sur le bâtiment école "Armorique", affecté à "l’École des mousses et des apprentis marins", à Brest.

En août 1916, il est désigné sur les "Bâtiments de servitude Salonique", port grec servant de base aux armées alliées du front d’Orient.

En service en qualité de matelot de pont à bord du "Général Leman", navire frigorifique affecté au service du corps expéditionnaire français, Michel décède des suites de maladie contractée en service le 26 mai 1918 à l’hôpital temporaire n° 4 à Salonique.

Son nom est inscrit sur le monument aux morts de l'île d'Ouessant

Il était Matelot.
Son unité : Bâtiments de servitude de Salonique
  • Médaille commémorative de la Grande Guerre
Il est décédé le 25 mai 1918.
Son décès est inscrit à la commune de Ouessant (29)
Document portant la mention MPLF : Dec. 2017/26 ONACVG du 21/02/2017

Bâtiments de servitude de Salonique

Bâtiments de servitude de Salonique
184179
Bon
Ouessant
Finistère (29)
HE
NULL
Il a été décoré : Médaille commémorative de la Grande Guerre
Acte de naissance 1882/32
C 12x17