Le nom du marin commence par :

Pierre Edouard Claude Martin

est né le 24 juillet 1922 à Tizi-Ouzou ()

Pierre Edouard Claude Martin naît le 24 juillet 1922, à Tizi-Ouzou Alger (Algérie).

Il est le fils d’Eugène Emile Théodore Martin gérant d’une petite carrière de Pierres à Herbillon (entre Bône et Philippeville, en Algérie (devenue Chetaïbi après l’indépendance), et de Marcelle Françoise Joséphine Chiron. Il passe son enfance à Herbillon et Bône, où il fréquente l’école publique.

En 1943, il épouse en Algérie Jacqueline Louise Marguerite Deroy née le 25 août 1924 à Düsseldorf (Allemagne). De cette union naît le 15 août 1944, un petit garçon nommé Jean Pierre, adopté par la nation en vertu d’un jugement rendu par le tribunal civil de première instance de la seine le 28 janvier 1948.

Le 7 juillet 1942, à 20 ans, Pierre Edouard s’engage dans la Marine nationale, il est Inscrit maritime au quartier de Bône comme matelot de 2e classe sans spécialité. Il intègre le centre jeunesse marine "Siroco", pendant cette période, il obtient son brevet de timonier le 27 janvier 1943, et Il est nommé quartier maître de 2e classe timonier, le 11 juillet 1943, à son arrivée au dépôt de Casablanca.

Du 20 juillet 1943 au 1er octobre 1943, Pierre Edouard est affecté à "l’École des mécaniciens d'aéronautique", avant de rejoindre la "BAN d’Agadir" du 1er octobre 1943 au 1er mars 1944.

Il est aspirant de réserve depuis le 5 janvier 1944, lorsqu’il rejoint "l’Escadrille 2FB" à la "BAN de Dakar-Ouakam" le 1er mars 1944.

Pierre Edouard Martin disparaît le 23 août 1944, vers 20h 30, entre Dakar et Port-Etienne (Nouadhibou, Mauritanie), au cours d’une mission de bombardement.

L’avion commandé par l’enseigne de vaisseau Cunin René, décolle de la "BAN Dakar-Ouakam" à 18 heures.

A 20h 30 l’avion signale "SOS position…", le signal est brouillé par les perturbations atmosphériques après le mot position. Toutes les stations radio côtières demandent à l’avion de répéter le signal. Aucune réponse.

Les recherches par avions et par navires de guerre effectuées sans arrêt du 23 août au soir jusqu’au 27 août n’ont rien donné.

Tout l’équipage est porté disparu avec l’appareil.

Pierre Martin laisse dans la peine son épouse et son enfant né 8 jours avant sa disparition.

Cité à titre posthume, à l’ordre de la Marine Nationale le 29 mars 1947.

Il est décoré à titre posthume de la médaille militaire le 23 février 1952.

Il était Aspirant.
Son unité : Base aéronavale Dakar-Ouakam
  • Médaille Militaire
  • Citation à l'Ordre de la Marine
Il est décédé le 23 avril 1944.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Bône (Algérie)
Document portant la mention MPLF : Acte décès

Base aéronavale Dakar-Ouakam

1960 Pistes de Ouakam (Coll.JC Laffrat)

La BAN Dakar-Ouakam était située à 20 km environ au nord-ouest de Dakar, sur la pointe de la presqu’île du Cap Vert, près des Almadies. Avant la seconde guerre mondiale ces terrains servaient aux appareils d’Air France, l’armée de l’air s’y installa en juillet 1940 en même temps que l’aéronautique navale.

Les « Martin 167F » de la flottille 3F furent les premiers hôtes de la base, relevés par  ceux de la 2F à comp...

Base aéronavale Dakar-Ouakam
184049
Martin
Tizi-Ouzou
HE
NULL
Il a été décoré : Citation à l'Ordre de la Marine,Médaille Militaire
Acte décès 1947/2
D 11x15