Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

André Jean Marie Favé

est né le 23 août 1934 à Le Folgoët (Finistère (29))

André est le fils de Gilles Hervé Marie Favé, et de Jeanne-Yvonne Appéré. Il est le troisième enfant d’une famille qui en compte huit. Il passe son enfance au Folgoët, où ses parents exercent la profession de cultivateurs dans l’exploitation familiale au lieu dit Poul-Toussec. Il fait sa scolarité dans cette commune à l’école privée Notre Dame dirigée par les frères de Ploermel.

A 18 ans, André s’engage dans la Marine nationale pour une durée de trois ans. Il est incorporé le 27 octobre 1952 au "Centre de formation maritime de Pont-Réan" (Ille-et-Vilaine), comme apprenti marin. En février 1953, il embarque sur le bâtiment de ligne "Richelieu" pour suivre le cours de spécialité canonnier. Nommé matelot de 2e classe breveté, il embarque sur le croiseur école "Jeanne D’Arc", sur lequel il effectue deux croisières d’application des jeunes officiers de marine.

 En octobre 1956, il demande à changer de spécialité. Il rejoint le "Centre Siroco", au Cap Matifou en Algérie, pour suivre le cours de brevet élémentaire fusilier, puis le stage commando. En juin 1956, il est certifié commando, et rejoint le "Corps amphibie de la Marine" à Toulon, pour emploi au "Commando Jaubert". Ce commando est envoyé en Algérie pour renforcer les moyens d’action de la "Demi-brigade de fusiliers marins" (DBFM) qui vient de s’installer dans le secteur de Nemours.

 Le "Commando Jaubert" est chargé de sécuriser la partie est du secteur confié à la DBFM, près d’Honaïne. Un poste, du nom de "Requin", est aménagé, dans un village de tentes, sur un piton dominant la plaine. Dans ce secteur l’insécurité est totale depuis le début de l’insurrection. Dans le massif montagneux de Tadjera situé au-delà de l’oued Saftar les combattants rebelles sont maîtres des lieux, ils agissent en toute impunité.

Le commando a pour mission : la préparation des missions à l'échelon état-major D B F M et l’exécution de missions de recherche et d'exploitation de renseignements au profit d'une compagnie ou d'un bataillon. Le commando travaille toujours isolément. Organisé en commando de contre guérilla, il est formé de petites équipes, avec des harkis interprètes. Lorsqu’il intervient dans un secteur il rompt les habitudes et apporte une aide efficace à la compagnie ou au bataillon, du secteur considéré. Durant une année André prend part avec la section de son commando aux opérations engagées dans le secteur. Il est promu quartier-maître le 1er octobre 1956.

Le 29 août 1957, la 1re section dont fait partie André prend position pour une embuscade de nuit près d'un village situé à 1,500 km du poste. Il est grièvement blessé lors de l'engagement avec un groupe de rebelles. Après les premiers soins reçus sur place par le médecin du commando, il est transporté à l’hôpital militaire de Nemours. Malgré les soins prodigués, il décède le lendemain 30 août 1957 des suites de ses blessures.

Le corps d’André est rapatrié en métropole, et inhumé dans la sépulture familiale au cimetière de Le Folgoët.

André est cité à l’ordre de l’armée en ces termes : "Mortellement blessé dans la région du Tadjéra (Algérie). Excellent quartier-maître fusilier commando ayant un sens élevé du devoir, a participé à toutes les opérations du commando Jaubert depuis le 1er juin 1956. Débordant d'activité, il s'est signalé dans tous les engagements par son calme et son courage et dans la vie courante par ses qualités militaires. Au cours d'un engagement de nuit, le 29 août 1957, dans la région du Tadjéra, mortellement blessé, conservant son sang-froid, il s'inquiétait du sort d'un de ses camarades blessés".

Le nom d'André Favé est inscrit sur le monument aux morts de la commune de Le Folgoët. Il est aussi inscrit sur le mémorial des finistériens morts pour la France en Afrique du Nord 1952 – 1962 érigé à Pleyben (Finistère), et sur le mémorial des marins morts pour la France en DBFM, érigé à "l'Ecole des fusiliers marins" de Lorient.

La session d'octobre 1958 à mars 1959 du cours de brevet élémentaire de la spécialité fusilier, porte le nom de cours "Favé".

Il était Quartier-maître de 2e classe.
Son unité : Commando Jaubert
  • Médaille Militaire
  • Croix de la Valeur militaire avec palme
  • Citation à l'Ordre de l'Armée
Il est décédé le 30 août 1957.
Son corps repose au cimetière de Le Folgoët
Son décès est inscrit à la commune de Le Folgoët
Document portant la mention MPLF : Acte de décès

Commando Jaubert

103

A l'origine compagnie de reconnaissance intégrée à la Brigade Marine d'Extrême Orient. Dénommée Compagnie Merlet, elle est déployée en Indochine en octobre 1945 et participe aux opérations de l'ouest cochinchinois (Mytho, Vinhlong, Cantho). Dirigée ensuite sur le Tonkin elle prend le nom de Compagnie Jaubert, en l'honneur du capitaine de frégate Jaubert, mort de ses blessures à Tan Huyen le 25 janvier 1946. Au mois de novembre 1948, la compagn...

Commando Jaubert
9610
Favé
Le Folgoët
Finistère (29)
HF
NULL
Il a été décoré : Médaille Militaire,Croix de la Valeur militaire avec palme,Citation à l'Ordre de l'Armée
Transcription de décès 1957/7
E 10x13 paysage