Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Louis Nay

est né le 23 juin 1906 à Morlaix (Finistère (29))

Son père Jean Louis est employé de commerce à Morlaix, ville du poète Tristan Corbière. Sa mère, Marie Jeanne Borgne, est femme au foyer. Ils sont originaires tous deux de Brennilis, Finistère.

Il est le quatrième enfant de ce couple: Marie Julienne née en 1899, Joséphine Louise née en 1901, Jean Louis né en 1904 (décédé en 1905 à l'âge d'un an), Jeanne née en 1911.

Louis suit sa scolarité à Morlaix.

Son père décède à 49 ans le 22 mai 1921, victime d'un fait de guerre. Ses enfants mineurs : Louis, 14 ans, ses sœurs 19 ans et 9 ans sont adoptés de ce fait par la Nation.

Louis s'engage le 27 septembre 1923 à Toulon à l'âge de 17 ans dans la Marine nationale comme élève sous-officier mécanicien pour une durée de 5 ans, à compter de sa sortie d'école le 1er octobre 1924. La première course automobile des 24 heures du Mans a lieu en 1923.

Après une année à "l'École des mécaniciens" de Toulon, il est promu quartier-maître le 1er octobre 1924 et nommé sur le cuirassé "Lorraine" puis sur le navire-école le cuirassé "Jean Bart" où il accède au grade de second maître le 1er octobre 1925.

Il embarque ensuite sur le torpilleur "Arabe" pour participer à la guerre du Riff au Maroc. Pendant un peu plus d'un an il patrouille au large de Ceuta (nord du Maroc). Le but de cette guerre est de conserver l'influence de la France sur cette région et d'unifier les différentes tribus. Elle est devenue aux yeux des historiens le premier épisode de ces guerres de libération qui ont marqué la fin de la colonisation européenne.

Louis retrouve à nouveau "l'École des mécaniciens" de Toulon le 30 mars 1927 jusqu'au 13 janvier 1928, puis embarque sur le cuirassé "Metz" afin de compléter sa formation jusqu'au 1er octobre 1928, date de sa promotion au grade de maître.

Il revient en Bretagne au "2e Dépôt" à Brest pour une durée de 2 mois avant d'embarquer sur le contre torpilleur "Siroco" le 1er décembre 1928 pour une durée de près de 2 ans.

Il est admis au cadre de Maistrance le 1er octobre 1929.

Il gagne ses galons de 1er maître le 1er octobre 1930 et est nommé sur le contre torpilleur "Guépard" le 16 janvier 1931 jusqu'au 14 juillet de cette même année.

Pendant cette période il se marie à Morlaix le 7 avril 1931 avec Hélène Catherine Bernier native de Plabennec (29).

Il se dirige ensuite au "5e Dépôt" à Toulon quelques semaines avant d'être nommé sur le transport pétrolier "Garonne" le 6 août 1931 pendant 2 ans. Il retrouve Brest le 15 août 1933 et le "2eDépôt"pour un peu plus d'un an. Etant à terre il profite de sa famille en Bretagne. Sa fille Jeanne Hélène voit le jour en juin 1934.

Il aime son métier, il embarque à Toulon sur le croiseur "Jean Bart", navire-école des torpilleurs et électriciens le 11 décembre 1934. Sa deuxième fille, Mainick, voit le jour en août 1936.

Le 25 février 1937 il est affecté sur le contre torpilleur "Bison" qui navigue en Manche et Mer du Nord. Louis Nay fait escale en Hollande, en Suède et en Écosse. Le "Bison" quitte Brest le 10 mai 1938 au sein d'une force navale déployée en Atlantique et en Méditerranée avec des escales à Lisbonne, aux Açores, à Madère, au Maroc, en Algérie, en Tunisie, puis au Moyen-Orient.

En juillet 1938 il fait partie de la force navale qui accompagne les Souverains Anglais dans leur voyage en France.

Il subit sur ce navire la collision avec le croiseur "Georges Leygues" le 7 février 1939 au sud-est de la pointe de Penmarc'h (Finistère). Après ses réparations le navire forme avec les contre-torpilleurs "Milan" et de "l'Épervier" la 11ème division de contre-torpilleurs. A la fin de l'année 1939, il participe à des escortes de convois. Puis en avril 1940 il escorte les navires de transport chargés du rapatriement des forces alliées de Namsos en Norvège sous la menace de l'aviation allemande.

Le 3 mai 1940 le contre torpilleur "Bison" est touché par une bombe. Louis s'en sort indemne, il exécute les manœuvres de sectionnement avec sang-froid, sauvant la vie à de nombreux mécaniciens de la bordée de quart.

Louis Nay, indemme, embarque sur le destroyer anglais "Afridi" bombardé vers 14h30. Il est très grièvement brûlé, on le transporte sur le destroyer anglais "Griffin" où il est soigné par le médecin anglais de "l'Afridi" et le médecin anglais du "Griffin" avec beaucoup de dévouement. Il est gravement touché. Il décède dans la nuit du 3 mai à l'âge de 33 ans. Son corps est transféré, ainsi que celui des autres français, sur le navire-hôpital "Sphinx" dans la chambre funéraire et ramené à Scapa Flow (Ecosse).Il fût immergé par la suite avec le cérémonial britannique habituel.

Il est cité à l'ordre de l'Armée de Mer avec le motif : "A glorieusement disparu avec le "BISON" lors de la perte de ce bâtiment, le 3 mai 1940"

Il laisse dans la douleur son épouse de 35 ans et ses filles, l'une au seuil de ses 6 ans et l'autre âgée de 3 ans et demi.

Il était Premier maître.
Son unité : Bison
  • Légion d'Honneur (chev.)
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 39-45 avec palme(s)
  • Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer
  • Médaille Espagnole de la Paix au Maroc
Il est décédé le 03 mai 1940.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Morlaix (29)
Document portant la mention MPLF : Transcription de décès

Bison

Contre-torpilleur Bison

Le contre-torpilleur Bison

Du type Guépard/Valmy (1930-1940), le contre-torpilleur Bison (2.700 tonnes), construit par l’arsenal maritime de Lorient, a été mis en service le 24 octobre 1930. Capable d’atteindre la vitesse record de 40 nds, il a d’abord été affecté à Brest en 1932.

Dans la nuit du 7 au 8 février 1939, les croiseurs de la 2e escadre de Brest servent de but aux flottil...

Bison
9598
Nay
Morlaix
Finistère (29)
HE
NULL
Il a été décoré : Légion d'Honneur (chev.),Médaille Militaire,Croix de Guerre 39-45 avec palme(s),Médaille Espagnole de la Paix au Maroc,Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer
transcription de décés1941/11
A 21x27