Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Henry Clément Mangot

est né le 16 novembre 1905 à Pradet (Var (83))

Henry est le fils de Marius Frédéric Charles Joseph, secrétaire de mairie, et de Berthe Joséphine Marie Gonnard.

Henry s’engage dans la Marine nationale le 30 septembre 1924 et est incorporé à "l’École des apprentis mécaniciens de Toulon" avec le grade de matelot de 3e classe. Il est ensuite affecté successivement sur de nombreuses unités : le cuirassé "Jean Bart", le contre torpilleur "Enseigne Roux", le cuirassé "Lorraine", "l’École des mécaniciens et chauffeurs de Toulon", le croiseur cuirassé "Gueydon", la "Direction du port de Toulon".

Ses compétences sont telles qu'il accède au grade de maitre de la spécialité de mécanicien en 1928, 4 ans après son entrée dans la marine.

Il épouse Andréa Anaïs Biamonte le 30 octobre 1930 à la mairie de La-Londe-les-Maures (83).

Cet officier marinier remarquable rejoint les forces sous-marines en octobre 1930. Après un an à la "5e Escadrille de sous-marins" à Toulon il obtient le certificat d'aptitude à la navigation sous-marine. Il est affecté en août 1931 à la "12e Escadrille de sous-marins" de Saigon dont l'aviso "Vitry-Le-François" assure le rôle d'escorteur et de chef d'escadrille de sous-marins. Il est alors premier maître mécanicien.

Après 3 ans d'affectation sur le torpilleur "La Railleuse" il reçoit une affectation au "Centre des sous-marins de Toulon".

Promu au grade d’ingénieur mécanicien de 2e classe le 29 mars 1940, il poursuit sa carrière au service à terre de la 3e région avant de rejoindre le "Centre des sous-marins de Bizerte". Il est chargé pendant quelques mois de la DCA de Bizerte avant d'embarquer sur le sous-marin "Espadon" puis le "Souffleur" dont il devient le chef du service machines le 10 février 1941.

Henry disparaît à bord du sous-marin "Souffleur" le 25 juin 1941 torpillé, entre le Ras Damour et le Ras Beyrouth, par le sous-marin anglais "Parthian".

Par ordre n°38 de la Division Navale du Levant du 16 décembre 1941, l'ingénieur mécanicien  Henri Mangot est cité à l'ordre de la division en ces termes : "Embarqué sur le Sous-marin Souffleur a participé à de nombreuses opérations de guerre sur les côtes de Syrie, glorieusement disparu avec son bâtiment torpillé le 25 juin1941 devant Beyrouth par un sous-marin ennemi".

Par décret du 24 juillet 1944, il a été nommé chevalier de la légion d'honneur.

Sa disparition laisse sa mère, dont il était le fils unique, sa femme et ses trois enfants sans appui. Sa fille ainée, Jacqueline, dix ans à l'époque, se rappelle d'un homme bon, généreux et d'une grande droiture.

Il était Ingénieur mécanicien de 2e classe.
Son unité : Souffleur
  • Légion d'Honneur (chev.)
  • Médaille Militaire
  • Citation à l'Ordre de la Division
Il est décédé le 25 juin 1941.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Toulon (83)
Document portant la mention MPLF : Acte de naissance

Souffleur

76

Sous-marin construit en 1926, il opère en Tunisie, aux Canaries puis au levant où il est coulé par le HMS Parthian le 25 juin 1941. Le Souffleur était en plein jour occupé à recharger ses batteries en surface devant Khaldé, selon son habitude. Le Parthian l'aperçut entre Beyrouth et Damour, il n'eut aucun mal à s'approcher, il tira 3 torpilles, 2 furent perdues à la côte, la 3e toucha le Souffleur à l'aplomb du kiosque, le sous-marin coula ent...

Souffleur
9203
Mangot
Pradet
Var (83)
Aucune
180055
Il a été décoré : Citation à l'Ordre de la Division,Légion d'Honneur (chev.),Médaille Militaire
Toulon (83)
E 10x13