Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Roger Marie Joseph Gignoux

est né le 06 mai 1909 à Lyon (Rhône (69))

Roger est le fils de Claude Gignoux, ingénieur des arts et manufactures, et d'Yvonne Garel, son épouse. Il est le cinquième d'une fratrie de sept enfants.

Après des études secondaires et supérieures à Lyon, Roger passe le concours d'entrée à l'Ecole navale. Il est incorporé en 1929 à "l'Ecole navale", implantée dans l'arsenal de Brest (Finistère (29)). A l'issue de sa formation d'officier de marine, il est nommé enseigne de vaisseau de 2e classe le 1er octobre 1931, puis il effectue la croisière d'application sur le croiseur-école "Jeanne d'Arc" d'octobre 1931 à juillet 1932. Il part en campagne outre-mer et embarque en septembre 1932 sur la canonnière de rivière "Francis Garnier" de la Force navale d'Extrême-Orient (FNEO), stationnaire à Shanghai (Chine), qui a pour mission la protection de la concession française. Promu enseigne de vaisseau de 1re classe en octobre 1933, il est affecté sur l'aviso-sloop "Argol" qui est en carénage à l'arsenal de Nagasaki (Japon), et passe sur son sister-ship l'aviso-sloop "Rugulus" de la FNEO. En août 1934, il rentre en métropole pour suivre le cours de spécialité amphibie à Toulon. En mars 1935, il embarque sur le contre-torpilleur "Tartu" de l'escadre de la Méditerranée.

Il se marie le 21 décembre 1936 à Marseille avec Gilberte Peytavin de Garam. De cette union naissent quatre enfants : Christian en 1937 à Marseille, Hélène en 1941 à Marseille, Martine en 1943 à Marseille et Jean-Marie en 1944 à Carcassonne.

En février 1938, il embarque sur le croiseur "Pluton", de la division d'instruction à Toulon où il suit le cours de spécialité canonnier. Puis il est affecté sur le croiseur "Duquesne" de l'escadre de la Méditerranée, comme aide de camp de l'amiral, commandant l'escadre. Il est promu lieutenant de vaisseau le 25 juin 1939. En 1940 le "Duquesne" est immobilisée par les forces britanniques à Alexandrie en Egypte. Il rentre en métropole pour servir à "l'Unité Marine" de Marseille de septembre 1940 à mars 1942. De retour à Toulon en mars 1942, il est nommé chef du service artillerie sur le contre-torpilleur "Indomptable". A la suite de l'invasion de la zone sud de la France par les forces d'occupation allemande en novembre 1942, l'amirauté de Toulon donne l'ordre de saborder la flotte. Roger est contraint de participer au sabordage de son bâtiment.

Placé en congé d'armistice, il rejoint sa famille à Marseille. En mars 1943, il est nommé commandant d'un "Chantier de jeunesse maritime" à Carcassonne, où il peut faire venir sa famille. En juin 1944 il est affecté au "Service des œuvres de la Marine" à Grenoble (SLOM) où il participe aux actions de résistance pour le stockage et la dissimulation d'armes et de munitions. Ces matériels servent aux maquis de la région alpine en août 1944. Roger participe à la libération de la ville de Grenoble, où se trouvent ses parents.

En juin 1945, il est affecté à "l'Unité Marine" de Rochefort où il participe aux combats pour la libération de la place forte de Royan (Charente-Maritime (17)).

Envoyé en mission à Paris le 27 août 1945, il est victime d'un accident de la circulation près de la ville du Mans (Sarthe (72)). Transporté à l'hôpital mixte du Mans, il décède quelques heures plus tard dans la soirée du 28 août 1945.

Il était Lieutenant de vaisseau.
  • -
Il est décédé le 28 août 1945.
Son décès est inscrit à la commune de Le Mans (72)
Document portant la mention MPLF : Transcription acte de décès
184215
Gignoux
Lyon
Rhône (69)
HE
NULL
Il a été décoré : -
Transcription acte de décès 1945/3288
J 15x15