Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Marcel Bader

est né le 24 janvier 1913 à Colmar (Haut-Rhin (68))

Fils de Guillaume Bader, tailleur de pierres et sculpteur, et de son épouse Salomé Pfaff, tisseuse, Marcel naît le 24 janvier 1913 à Colmar, préfecture du département du Haut-Rhin.

En compagnie d’Hermann, son frère né le 17 mai 1906, et de Martha Paula, sa sœur née le 20 août 1909, il passe son enfance au domicile familial situé au 15 rue des ourdisseurs dans sa commune de naissance.

Agé de 17 ans, le 22 novembre 1930, Marcel contracte un engagement initial d’une durée de cinq ans dans la Marine nationale (matricule : 4595 T 30) et est incorporé au "5e Dépôt" à Toulon.

Le 2 du mois suivant, il rejoint "l’École des fusiliers" à Lorient où, durant six mois, il acquiert la formation de fusilier. Titulaire du brevet élémentaire de spécialité, il rallie le cuirassé "Condorcet" à Toulon le 1er juin 1931. Il est ensuite désigné sur le croiseur "Primauguet" à bord duquel il est promu au grade de quartier-maître de 2e classe. Cette unité est déployée en Extrême Orient en mai 1932. Il regagne la métropole début mars 1934 et, après quelques vacances bien méritées, est muté en octobre suivant au "Groupe de mesures transpondeur" (en 1934, les essais de transpondeurs, portés par des avions par exemple, permettent de mettre au point le radar en plein avènement).

Le 7 décembre 1934, à Colmar, Marcel épouse Marie Gully. Elle lui donnera un enfant qui, malheureusement, décèdera quelques heures après sa naissance.

Au terme de son contrat d’engagement initial, titulaire d’un certificat de bonne conduite avec mention "assez bonne", Marcel retourne à la vie civile et se retire à Colmar. Il travaille ensuite à la S.N.C.F. et demeure dans une maison de garde-barrière au numéro 42 à Guémar (68).

Mobilisé, le quartier-maître de 2e classe Marcel Bader pose son sac sur le cuirassé "Bretagne" à Toulon le 30 août 1939.

Il disparaît le 3 juillet 1940, à l’âge de 27 ans, à bord du cuirassé "Bretagne" avec plus de 1000 autres marins de son équipage dans les eaux du port de Mers el-Kébir (Algérie).

Il sera cité, à titre posthume, à l’ordre de la division avec le motif suivant : "Glorieusement disparu lors de la perte de son bâtiment."

Son nom est inscrit sur une plaque commémorative à Mers el-Kébir dédiée "En souvenir de nos marins alsaciens disparus à bord du cuirassé "Bretagne" le 3 juillet 1940" et sur une plaque commémorative en gare de Colmar dédiée "A la mémoire des agents de la SNCF de Colmar victimes de la guerre 1939-1945".

Son frère, Hermann, a également été mobilisé dans la Marine nationale entre le 13 septembre 1939 et le 15 juillet 1940 et a notamment été affecté au "Centre de l’armement militaire des bâtiments de commerce Marseille".

Il était Quartier-maître.
Son unité : Bretagne (cuirassé)
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 39-45 avec étoile(s)
  • Citation à l'Ordre de la Division
Il est décédé le 03 juillet 1940.
Porté disparu

Bretagne (cuirassé)

Cuirassbretagne

Bretagne : cuirassé construit à Brest en 1916. Après la capitulation signée par le maréchal Pétain, pour éviter qu'elle ne tombe entre les mains des Allemands, Churchill décide de détruire la flotte française qui stationne à Mers-el-kébir (6 km d'Oran) : opération Catapult. Les négociations entre les amiraux Somerville (anglais) et Gensoul (Français) échouent...

Bretagne (cuirassé)
184214
Bader
Colmar
Haut-Rhin (68)
Aucune
NULL
Il a été décoré : Citation à l'Ordre de la Division,Croix de Guerre 39-45 avec étoile(s),Médaille Militaire
acte de naissance 1913/41
B 15x21