Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Yves Rouet

est né le 23 juin 1891 à Saint Pierre Quilbignon (Finistère (29))

Yves est le fils de Théophile Louis, charpentier au port de Brest, et de Marie Yvonne Maltret, son épouse. Ses parents se sont mariés en 1879 à Saint Pierre Quilbignon. Yves est le 6e d'une fratrie de 8 enfants. Il passe son enfance et fait sa scolarité à l’école primaire du bourg de Saint Pierre Quilbignon. Il est domicilié chez ses parents, au village de Kerarros.

Après avoir poursuivi ses études à l’école des pupilles, Yves entre à "l’Ecole des mousses", à l’âge de 15 ans. Il est incorporé le 10 septembre 1906, à l’école embarquée sur le navire école "Bretagne". Le 26 juin 1907, il est promu apprenti marin, et signe, un engagement dans la Marine nationale pour une durée de 5 ans (Matricule n° 89 141 Brest). En janvier 1909, il est affecté à Lorient à "l’Ecole des fusiliers marins", sise sur le navire stationnaire annexe, en vue d’obtenir le brevet élémentaire de la spécialité fusilier. A la sortie du cours, il est promu matelot de 2e classe fusilier, et affecté à la "1re Flottille des torpilleurs de l’océan" basée à Brest. En janvier 1911, il embarque sur le torpilleur "Mousquet", et en octobre sur le torpilleur "Pistolet". En mars 1913, il embarque sur le cuirassé "Jean Bart", basé à Brest, puis en juillet 1914, sur le cuirassé "Danton", basé à Toulon.

Sa mère décède le 4 août 1914. En 1915, il apprend le décès de son beau-frère Pierre Gélébart, officier marinier, disparu en mer lors de la perte du contre-torpilleur "Casabianca". Il était l'époux de sa sœur aînée Bernadette.

Le 18 mars 1917, le cuirassé "Danton" quitte le port de Toulon, escorté par le torpilleur d’escadre "Massue", à destination de Corfou, en Grèce. Le lendemain vers 13 h 15, le cuirassé est atteint par deux torpilles lancées par le sous-marin allemand U 64, au sud de la Sardaigne, à 25 milles dans le sud-ouest du phare de San Pietro. Les torpilles explosent dans la partie avant du bâtiment. Le bâtiment endommagé s'enfonce, chavire, et disparaît. 296 officiers, officiers mariniers et matelots sont portés disparus, et 806 rescapés sont récupérés par les bâtiments d’escorte. Yves est porté disparu. Le jugement rendu le 16 octobre 1918 par le tribunal civil de Brest déclare constant le décès d'Yves Rouet, mort pour la France, disparu en mer le 19 mars 1917, dans la perte du cuirassé "Danton".

Il était Matelot de 1re classe.
Son unité : Danton
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 14-18
  • Médaille commémorative de la Grande Guerre
Il est décédé le 19 mars 1917.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Saint Pierre Quilbignon (29)
Document portant la mention MPLF : Acte de décès

Danton

46_0
Cuirassé de 18 400 t, type semi-dreadnought, armé de 4 canons de 305 et de 12 canons de 240. Le Danton faisait route de Toulon vers la base française de Corfou dans l'ouest de la Grèce pour se joindre au blocus du canal d'Otrante. Il avait à bord 1 102 hommes et était escorté par un seul torpilleur : Massue. L'U64, capitaine Lt Cdr Robert Moraht, lui expédia une salve de torpilles alors qu'il se trouvait dans le sud-ouest de la Sardaigne, à 30 mi...
Danton
184212
Rouet
Saint Pierre Quilbignon
Finistère (29)
Aucune
NULL
Il a été décoré : Croix de Guerre 14-18,Médaille commémorative de la Grande Guerre,Médaille Militaire
acte de décès 264/1918