Le nom du marin commence par :

André Jean Dignac

est né le 06 août 1920 à Bordeaux (Gironde (33))

André Jean Dignac est le fils de Roger et d'Odette Hotteins.

Après sa scolarité, il exerce le métier d'ostréiculteur dans le petit village de La Teste en Charente-Maritime.

Il s’engage dans la marine marchande à 19 ans dans la "Compagnie de navigation Sud Atlantique" en septembre 1939 sur le paquebot "Massilia"  puis le 31 décembre 1939 il embarque sur le paquebot "Cap Cadaran" qui assure les liaisons vers l’Extrême Orient.

Le 8 août 1940, André intègre les "Forces NavalesFrançaises Libres" sur le cargo "Tombouctou", bâtiment intégré dans la marine britannique et embarque le 30 décembre 1940 sur le cargo "Fort de Troyon".

 Il rejoint avec ses camarades le port de Douala au Cameroun le 27 janvier 1941 et s’engage volontairement le 19 mars 1941 - Matricule 21R41. Affecté au "2e Bataillon des Fusiliers Marins " il obtient le grade de matelot fusilier 2e classe.

Le 4 avril 1942 il est affecté à la "Compagnie de .Passage à .Londres" (C.P.L).

Le 4 mai 1942, André rallie le dépôt "HMS Royal Arthur " de la marine britannique.

Le 13 juin 1942 il intègre la "1re Compagnie des B.F.M.".

André dit "Tarzan", pour ses aptitudes d’escaladeur hors pair, force l’admiration de ses supérieurs, et poursuit ses formations intensives, ses capacités physiques et son opiniâtreté le font intégrer le corps d’élite des commandos.

Il participe au raid de Dieppe en Seine-Maritime du 19 août 1942, pour guider les commandos britanniques, interroger les civils rencontrés et distribuer des tracts.

En vue de préparer le futur débarquement de juin 1944, une série de raids regroupés sous la dénomination "Opération Hardtack" est lancée sur les côtes de France et les iles anglo-normandes durant l'hiver 1943. Les commandos sont sollicités pour participer à ces raids dont le but est d'effectuer des repérages et des prélèvements des systèmes de défense allemands.

 Le Lundi 27 décembre 1943, André prend part à l'opération "Hardtack 7" menée par un commando d'une dizaine d'hommes sur l'ile anglo-normande de Sercq située à proximité de l'ile de Guernesey:

L'un des commandos engagé dans le raid témoigne :

" ….Nous avons enfin dépassé le sommet des falaises, nous avançons en formation de patrouille dans la direction du premier blockhaus boche qui doit se trouver à 300 mètres en avant. En tête le lieutenant et ses 5 hommes dont Dignac.

Attention, terrains sablonneux… à quatre pattes, on tâte le sol…Y a peut-être des mines !

Deux explosions coup sur coup… on est sur un champ de mines… ça saute ! 

Dignac et son ami Bellamy sont touchés.

Le pauvre Tarzan est bien mal en point, la cuisse presque sectionnée, le bas-ventre est ouvert. Il râle déjà. Pendant que je lui fais une piqûre de morphine, il y a encore une deuxième explosion, … les autres sont touchés…»

André Dignac et Roger Bellamy décèdent de leurs blessures et sont laissés sur place.

Les habitants de l'ile, après avoir relevé leur noms et matricules, les inhumeront dans le cimetière de Saint-Peter sur l'ile de Guernesey (Royaume Uni).

Le 17 décembre 1949 la commune de la Teste-de-Buch en Gironde a rapatrié le corps du matelot André Dignac, mort pour la France à l'âge de 23 ans, afin qu'il repose dans son Pays.

 Le contre-amiral Lemonnier chef d'état-major général de la marine commandant les forces maritimes et aéronavales a cité à l'ordre du régiment à titre posthume le matelot André Dignac du 10e commando :

"Blessé au cours d'une patrouille dans les positions ennemies lors d'une opération de commandos effectuée entre le 20 12 1943 et le 03 01 1944, a fait preuve d'un grand courage et d'un bel esprit d'abnégation. Est mort de ses blessures le 27 12 1943 à l'île de Sark (Sercq). Cette citation comporte l'attribution de la croix de guerre avec étoile de bronze".

En hommage au marin mort pour la France, l' "Ecole des fusiliers marins", baptisera "Cours Dignac" le cours du C A T, 18e session du 03 06 au 22 11 2002.

Il était Matelot.
Son unité : Commando Kieffer - 1942-1946
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 39-45 avec étoile(s)
  • Citation à l'Ordre du Régiment
Il est décédé le 27 décembre 1943.
Son corps repose au cimetière de La teste-de-Buch (33)
Son décès est inscrit à la commune de La teste-de-Buch (33)
Document portant la mention MPLF : Etat signalétique et des services

Commando Kieffer - 1942-1946

Ecusson-commando-Kieffer-40

La décision  d’intégrer un commando français  dans les troupes britanniques  est prise en mars1941 par le général britannique Haydon sur proposition de l'amiral Muselier, commandant des "Forces Navales Françaises Libres".

Commando Kieffer - 1942-1946
184044
Dignac
Bordeaux
Gironde (33)
Aucune
NULL
Il a été décoré : Citation à l'Ordre du Régiment,Croix de Guerre 39-45 avec étoile(s),Médaille Militaire
transciption décès 17/12/1947
D 11x15