Le nom du marin commence par :

Félix Peters

est né le 28 février 1911 à Diekirch (Luxembourg)

Félix Peters est le fils de Michel et de Marie Viéland. La famille réside à Diekirch au Luxembourg, Félix y passe son enfance.

Le Luxembourg étant occupé par les forces allemandes, Félix décide de quitter clandestinement le Grand-Duché le 19 juin 1941 avec ses cousins  Antoine et Jean Néven.

Le petit groupe de luxembourgeois traverse la France occupée, l’Espagne et le Portugal et rallie Gibraltar fin Juin 1942 après un périple périlleux d'une année.(Cf " journal de marche de Jean Neven" ci-contre).

De Gibraltar, Félix rejoint la Grande-Bretagne Londres et là il s'engage dans les "Forces Navales Françaises Libres" le 4 juin 1943 (Matricule : 10022 FN 43).

Dans un premier temps il est affecté à la "Caserne Surcouf" à Londres jusqu'au 14 janvier 1944 pour y recevoir sa formation militaire initiale.

Par la suite il rejoint la "Caserne Bir-Hakeim" puis il demande à suivre le stage commando du camp d'Achnacarry en Ecosse.

Gwénaël Bolloré dans son livre "Nous étions 177" décrit les dures conditions d'entrainement en vigueur dans ce camp.

"Les commandos suivaient leur entraînement dans le fameux camp d'Achnacarry, perdu dans les montagnes d'Ecosse. Ce lieu devait sa célébrité à la manière inhumaine dont y étaient traités les candidats. A la porte du camp, étaient alignées les tombes fictives de tous les hommes morts pendant l'entraînement. Une pancarte indiquait le nom de l'homme et l'erreur qu'il avait commise car elle relevait, bien entendu, toujours d'une faute personnelle. Cinquante pour cent, à peine, des volontaires revenaient d'Ecosse avec le droit au port du béret vert. Les autres étaient impitoyablement éliminés, soit qu'ils ne fissent pas l'affaire sur le plan physique ou moral, soit qu'ils fussent blessés lors des manœuvres à tir réel ou même tués comme nous venons de le voir. Cette rigueur s'avérait nécessaire. Sans elle, jamais le débarquement du 6 Juin n'eût réussi."

A l'issue du stage, Félix ayant passé les épreuves avec succès, obtient le port du béret vert et le badge 179.

Le 6 Juin 1944 (le "D Day"), Félix débarque sur la plage de Colleville-sur-Orne. (Opération "Overlord").

Il participe avec son groupe,  le n°4 commando,  troop k-Gun (section de mitrailleuses), aux actions de libération d'Ouistreham puis du passage de l’Orne (Pegasus-bridge).

Le 17 juin 1944 le matelot fusilier Félix Peters  du "1er BFMC" perd la vie lors des opérations de libération d'Amfreville.

Félix, de nationalité luxembourgeoise, est "Mort pour la France" à l'âge de 23 ans.

Il était Matelot de 3e classe.
Son unité : Commando Kieffer - 1942-1946
  • Croix de Guerre 39-45 avec étoile(s)
  • Médaille commémorative des services volontaires dans la FFL
Il est décédé le 17 juin 1944.
Document portant la mention MPLF : Fiche mémoire des hommes

Commando Kieffer - 1942-1946

Ecusson-commando-Kieffer-40

La décision  d’intégrer un commando français  dans les troupes britanniques  est prise en mars1941 par le général britannique Haydon sur proposition de l'amiral Muselier, commandant des "Forces Navales Françaises Libres".

Commando Kieffer - 1942-1946
183834
Peters
Diekirch
Luxembourg
HE
NULL
Il a été décoré : Croix de Guerre 39-45 avec étoile(s),Médaille commémorative des services volontaires dans la FFL
C 12x17